CREDIT

Crédit Immobilier ajouté le 27 janv. 21

Crédit immobilier : vers un assouplissement "raisonnable" des conditions ?

Le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a ouvert la porte à un ajustement de certains critères, mais en posant ses conditions.
C'est une décision qui devrait réjouir les acteurs du monde immobilier qui réclament un assouplissement des règles. Dans un entretien à Alternatives Economiques, il a envisagé un ajustement limité des conditions d'octroi des crédits bancaires. Il souhaite toutefois que cela n'entraîne pas d'exposition accrue des ménages au surendettement. "Je suis prêt à proposer un ajustement limité, raisonnable, de certains critères, mais à la condition qu'on garde clairement et fermement le cap: celui d'arrêter une dérive continue des conditions d'octroi, qui exposerait les ménages au risque de surendettement", a déclaré le banquier central.

Ces propos surviennent à la veille d'une réunion du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), l'autorité française chargée d'exercer la surveillance du système financier dans son ensemble, dans le but d'en préserver la stabilité et la capacité à assurer une contribution soutenable à la croissance économique. "Les taux très bas ont permis à un nombre important de ménages, notamment les jeunes, de pouvoir emprunter plus facilement. À tel point que depuis que le Haut Conseil de Stabilité Financière a formulé fin 2019 des recommandations simples sur la durée maximale des crédits, ou le taux d'effort (la mensualité rapportée au revenu), beaucoup de voix ont protesté ! Nous allons faire le bilan dans notre réunion" jeudi sous la présidence du ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire, a précisé François Villeroy de Galhau.
Fin 2019, le HCSF, qui rassemble notamment le ministère de l'Économie et la Banque de France, avait en effet recommandé aux banques de ne pas octroyer de crédit immobilier sur plus de 25 ans. Il leur avait aussi demandé de ne pas accepter de dossiers dans lesquels les remboursements représenteraient plus d'un tiers des revenus du ménage. Ces annonces avaient marqué un tournant pour les autorités financières, qui affichaient jusqu'alors leur sérénité face à un marché français du logement en plein essor.

Le crédit immobilier, en plein essor depuis des années en France sur fond de conditions historiquement favorables, a préoccupé ouvertement les autorités financières ces derniers mois, alors que d'autres acteurs se sont mis à évoquer une bulle du marché à Paris. Le marché français du logement est en plein essor depuis plusieurs années en France, du moins dans l'ancien, avec une augmentation générale des prix. Celle-ci est encouragée par des conditions de crédit extrêmement favorables, sur fond de politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE).