Déficit Foncier


Propriétaires, bailleurs, baissez vos impôts et déduisez 100% des travaux sur vos revenus fonciers.
Report du déficit foncier inutilisé sur 10 ans, principe de droit commun, défiscalisation déplafonnée.
Obligation de location sur 3 ans seulement.

L'essentiel du déficit foncier
Investir en Déficit foncier vous donne droit à :

  • La déduction du montant des travaux d'entretien, de réparation et d’amélioration sur vos revenus fonciers positifs sans plafond et sans limitation dans le temps
  • Le déficit foncier est imputé sur vos autres revenus dans la limite de 10 700 € / an
  • Le report du déficit foncier est possible sur 10 ans sur les résultats fonciers positifs à venir

Pour qui est fait le déficit foncier ?
Vous souhaitez investir dans des biens généralement anciens pouvant offrir, après rénovation, charme, cachet et rentabilité locative.
Vous percevez des revenus fonciers et vous souhaitez diminuer efficacement vos impôts.
Vous souhaitez vous constituer un patrimoine immobilier et bénéficier d'économie d'impôts.
Le déficit foncier est fait pour vous.

Les conditions d'application du Déficit foncier :

  • Vous achetez un bien immobilier ancien nécessitant des travaux d’amélioration ou d'entretien et de réparation
  • Vous engagez ces travaux de rénovation sur le bien immobilier
  • Vous vous engagez à le louer non meubler durant 3 ans minimum après l'imputation du dernier déficit foncier
  • Vous imputez le déficit foncier sur vos revenus globaux à hauteur de 10 700 € / an
  • Vous avez 10 ans pour reporter l’excédent de déficit foncier et les intérêts d'emprunt sur vos revenus fonciers positifs
  • Vous réalisez des économies d'impôts en fonction de votre tranche d'imposition.
  • Pour les propriétaires fonciers, vous faites des économies d'impôts et de charges sociales. 

Bon à savoir :

  • Vous pouvez défiscaliser sur vos revenus actuels
  • Les économies d'impôts générées par le déficit foncier ne rentrent pas dans le plafond des niches fiscales
  • L’avantage fiscal lié au déficit foncier ne résulte pas d’un dispositif de « niche fiscale » spécifique avec ses conditions et restrictions, mais d’un simple droit commun aux revenus fonciers : il est donc facile à appliquer.